Laura : « Ne pas rester dans le silence »

publié le 16 décembre 2016
0

J’ai accouché fin avril d’un adorable petit garçon en pleine santé. J’ai été arrêtée dès le 5eme mois pour un problème de santé pouvant compromettre le bon déroulement de ma grossesse. J’ai 38 ans. Certes je n’avais qu’un an d’ancienneté quand je leur ai annoncé que j’étais enceinte mais je me suis toujours rendue disponible en cas de besoin. A mon retour de congés maternité j’ai été convoquée par ma Direction. Je pensais que c’était pour préparer la rentrée. Pas du tout ! On m’a expliquée que ma période d’absence avait été trop longue et qu’une nouvelle organisation avait été mise en place ne nécessitant plus ma présence. J’ai dû batailler pour obtenir un semblant d’indemnités transactionnelles me faisant traiter de « trop gourmande »… (j’ai demandé 3 mois et la période d’homologation rémunérée non effectuée). Une situation humiliante quand on sait que la période de protection est passée à 10 semaines et que j’aurais atteint 2 ans d’ancienneté à l’issue de cette période. Mais ça m’a fatiguée de négocier avec des personnes qui manquent profondément d’empathie. Je suis donc allée à l’encontre de mon avocate et j’ai « quitté » mon CDI pour 6000 euros… D’autres vivent cette situation autour de moi, des mamans qui n’ont pas le droit « d’avoir » des enfants sur le plan opérationnel. Mon pédiatre m’a dit de ne pas rester dans le silence pour rejoindre toutes ces mamans qui sont victimes de leur statut. C’est juste scandaleux.

Une réaction

  1. C’est juste Honteux !! Ce sont les femmes qui portent les enfants c’est la nature… Et ça présente un handicap dans notre carrière !! Moi mutation avec enfant en bas âge, mono parentalite, boîte soit disant humaine et ma phrase la plus entendue est : réglé ton pb avec ton enfant, prend une jeune folle au pair ? Laisse le au père non ?? #deguelasse injuste Honteux

Réagir !

Votre mail ne sera pas publié.