De nouveaux droits pour exercer sa parentalité

Mieux indemniser le congé parental...

14

14

Aujourd’hui, sa rémunération est faible : son montant forfaitaire de base est de 390€. Cela incite d’autant moins les pères à prendre un congé parental qu’ils gagnent en général plus que la mère, de sorte qu’une prise du congé par cette dernière représente un manque à gagner moins important pour le ménage que si c’est le père qui cesse ou réduit son activité. Un autre type de calcul de la prestation, au bénéfice des pères comme des mères, pourrait être imaginé avec une allocation forfaitaire de base à laquelle s’ajouterait un montant variable proportionnel au salaire antérieur à la cessation de l’activité.

Partager :

2 réactions

  1. Les cotisations sociales devraient être versées sur la base (100 %) du salaire anterieur car surprise au moment du calcul du montant de la retraite les années « congé parental » ou temps partiel parental » sont calculées à minima et aucune cotisation n’est versée aux caisses complémentaires par la CAF ! Alors là la différence de revenu des retraitées Vs retraité peut aller jusqu’à 50 % voir plus.

  2. Déjà qu’effectivement, le congé parental n’est que de 390 euros,
    mais en plus, pour les enfants nés à partir du 1er Janvier 2015, le congé parental a été réduit en temps (24 mois pour un parent, 12 mois pour le suivant) et si le 2ème parent ne prend pas les 12 mois – pour des raisons diverses comme celle du manque à gagner cité dans la proposition) sans avoir plus de places en crèche, etc… bref changement de durée du congé qui n’est déjà pas beaucoup rémunuéré (sachant qu’une maman en congé parental revient moins cher à la caf que des enfants chez des nourrices…)

Réagir !

Votre mail ne sera pas publié.